5 décembre 2021

Comment devenir antiquaire autoentrepreneur ?

De plus en plus de gens sont à la recherche d’objets anciens et d’œuvres d’art d’autres époques. Pour les aider à les acquérir, il y a les antiquaires qui sont généralement des personnes très passionnées. Si vous souhaitez vous lancer dans le domaine, sachez qu’il faut être antiquaire autoentrepreneur pour mener à bien vos activités. Cet article vous donnera tous les détails à connaître afin d’y arriver.

Ce qu’il faut savoir sur le métier d’antiquaire autoentrepreneur

Le métier d’antiquaire autoentrepreneur est un métier qui consiste à dénicher des objets de valeur et à les revendre. De façon brève, voici ce qu’il faut savoir sur le métier :

• Pour créer son auto entreprise dans ce secteur, on s’enregistre à la Chambre de Commerce et d’Industrie. (CCI)
• Le plafond du chiffre d’affaires s’élève à 176 200 euros.
• Le taux de cotisations sociales est de 12,8% du CA.
• On est imposé dans la catégorie Bénéfices industriels et commerciaux
• Le code APE (activité principale exercée) est 47.79-Z- Commerce de détail de biens d’occasion en magasin.
• On gagne en moyenne entre 1000 et 2000 euros par mois.

Quelles sont les qualités pour être antiquaire autoentrepreneur ?

En premier lieu, l’antiquaire doit contrairement au brocanteur, être en mesure d’authentifier les objets qu’il vend. Cela suppose donc qu’il doit avoir des connaissances assez avancées en histoire de l’art, et surtout une passion pour celle-ci.
Ensuite, l’antiquaire doit avoir du tact, savoir aborder les gens avec diplomatie, car il rencontrera toutes sortes de personnes pendant ses recherches. Il devra savoir négocier équitablement afin de pouvoir faire de bonnes marges bénéficiaires lors des ventes.
Enfin, il y a cette qualité très souvent mise de côté, mais qui compte beaucoup qui est la forme physique. Souvent amené à voyager à la recherche d’objets de valeur, l’antiquaire devra aussi soulever des objets lourds.

Doit-on se former et avoir un diplôme pour être antiquaire ?

Il n’y a à ce jour aucun diplôme spécifique exigé pour pratiquer le métier d’antiquaire, mais on peut se former soi-même. En effet, on sera amené à négocier les pièces, à les revendre et aussi à reconnaître les œuvres de valeurs. Par conséquent, il serait judicieux de posséder des connaissances en vente, techniques de négociation et en histoire de l’art.

• En 3 à 5 ans, vous pourrez suivre une formation en histoire de l’art ou en commerce des œuvres d’art antiques. Cette formation est dispensée dans les universités et plus rarement dans des structures spécialisées en formation sur l’art.

• D’un autre côté, vous pouvez opter pour une formation dans une école privée en métiers propres au marché de l’art.
Évidemment, ces formations sont totalement facultatives et les meilleurs atouts que puisse posséder un antiquaire sont sa passion et son expérience. D’une part, il y a la passion qui servira à surmonter tous les obstacles dus au métier d’autoentrepreneur, surtout s’il est antiquaire. D’autre part, l’expérience ne peut être acquise qu’en étant sur le terrain.

Quelles sont les formalités pour être autoentrepreneur ?

Déclaration de l’activité d’antiquaire :

Le registre des objets :

Il s’agit principalement du Registre des Objets Mobiliers qui est obligatoire et qui contient toutes les informations sur les objets possédés. Il permettra ainsi de retracer tous les objets en cas de problème et peut être au format papier ou électronique.

Le lieu de l’exercice :

• Dans un local commercial :

On peut opter pour un local où sera installée la boutique afin d’y recevoir les clients et d’entreposer les objets. Selon ses capacités financières, on louera un local ou on l’achètera.

• À la maison :

On peut s’installer chez soi si le contrat de location le permet, si on obtient une autorisation municipale et si l’on ne dérange pas le voisinage. En cas d’impossibilité, on peut simplement créer une boutique en ligne et entreposer les objets chez soi.

• Le commerce ambulant :

Il faut pour cela posséder une carte de vendeur ambulant accessible à la CCI ou à la Chambre de métiers et de l’artisanat. Il faudra aussi disposer d’autorisations pour stationner dans des lieux privés ou publics.

Le réseau professionnel :

Les antiquaires sont regroupés en associations et en syndicats afin de défendre leurs droits et de fixer des règles déontologiques. Faire partie d’une telle association augmente d’office votre crédibilité et est une excellente justification pour certains prix élevés. De plus, on peut bénéficier de certains tuyaux qui sont partagés entre membres et on peut avoir une bonne publicité pour son entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'entrepreneuriat