25 juin 2022

Comment devenir informaticien autoentrepreneur ?

Toute activité qui se rapporte à l’informatique demande de la passion, chose dont sont pourvus les informaticiens. Cela étant, exercer le métier d’informaticien autoentrepreneur requiert certaines connaissances en plus de celles qu’on utilise pour travailler. Ces connaissances concernent certaines informations basiques à connaître si l’on désire se lancer, ainsi que la réglementation en vigueur. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir si vous désirez devenir informaticien reconnu comme autoentrepreneur.

Que doit-on savoir sur le métier ?

Le métier d’informaticien consiste à réparer le matériel en panne, faire une installation de logiciels ou entretenir les outils informatiques. Avant de se lancer en tant qu’informaticien autoentrepreneur, voici ce qu’il faut savoir :
• Les formalités sont faites auprès de la CMA, Chambre de Métiers et de l’Artisanat.
• 72 600 euros est le montant maximal du chiffre d’affaires réalisable.
• Les cotisations sont à hauteur de 22 % du chiffre d’affaires.
• Le code APE est 95.11Z – Réparations d’ordinateurs et d’équipements informatiques.
• On gagne entre 25 et 50 euros l’heure.

Quelles sont les qualités pour être informaticien autoentrepreneur ?

• L’expertise : naturellement, l’informaticien doit connaître son domaine afin de savoir quoi faire pour résoudre les problèmes. Par conséquent, il faut non seulement être passionné, mais en plus avec une excellente maîtrise de l’outil informatique.
• Une bonne organisation : ce sera nécessaire d’être bien organisé afin de pouvoir traiter les commandes dans le bon ordre, savoir utiliser les bons outils au bon moment.
• La diversification : il faut être polyvalent, car face à certaines situations, on aura besoin de connaissances diverses. De plus, il arrivera souvent que les clients aient besoin d’une expertise particulière qu’il sera avantageux de posséder.
• Une bonne écoute : les clients sont généralement un peu ignorants par rapport au système informatique, donc ils pourraient avoir du mal à expliquer les problèmes. Il faudra donc les écouter patiemment, comme un pédagogue afin de comprendre où est le problème et de les conseiller.
• La disponibilité : il faudra être prêt à se rendre chez certains clients en week-ends ou les jours fériés. En effet, certaines pannes informatiques nécessitent une intervention urgente et il faudra y être préparé.

Doit-on se former et avoir un diplôme pour être informaticien autoentrepreneur ?

 

Pour se lancer comme informaticien autoentrepreneur, il n’est pas obligatoire d’avoir un diplôme particulier puisque la plupart des informaticiens sont autodidactes. En fait, ils se sont formés dans le tas, en apprenant les rudiments du métier, ainsi que la programmation et le codage. Cependant, cela peut s’avérer utile de posséder certains diplômes, selon la spécialisation que l’on exercera dans le métier d’informaticien. Ainsi, il faut d’abord savoir quelles compétences on souhaite développer, puis on se rapprochera de la CMA pour avoir plus d’informations.

Entre autres, on peut opter pour une de ces formations :

  • Un Bac professionnel en systèmes numériques
  • Un BTS en systèmes numériques
  • Une licence professionnelle en Métiers de l’informatique

Les formalités pour être informaticien autoentrepreneur

Choisir sa spécialité avant de se lancer dans le métier d’informaticien

Il est important de choisir avec précision quelles activités on veut mener, car cela aura une incidence sur les cotisations et le chiffre d’affaires. Ainsi, il faut savoir que cet article a décrit les caractéristiques d’une activité de dépannage.


Si l’on désire pratiquer une activité de vente et d’achat, les choses changent quelque peu, car l’entrepreneur sera dépendant de la CCI. De plus, le chiffre d’affaires maximal est de 172 500 euros par an et les charges sociales sont à hauteur de 12.8 % du chiffre d’affaires.


Pour une activité de services ayant trait aux conseils ou aux formations, on dépendra de l’URSSAF puisqu’on est considéré comme travailleur libéral. Le plafond en chiffre d’affaires varie entre 70 000 et 72 500 et les cotisations sociales sont de 22 %.
On a également la possibilité de cumuler plusieurs activités afin de les exercer en même temps. Dans ce cas, l’informaticien autoentrepreneur doit déclarer chacune de ces activités à l’administration compétente. Il paiera également les cotisations conformément à l’activité et devra respecter les plafonds en termes de chiffre d’affaires.

L’enregistrement et les assurances de l’information autoentrepreneur

Une fois le choix des activités effectué, on devra se rapprocher de l’administration compétente, afin de s’enregistrer comme informaticien autoentrepreneur. On peut s’inscrire en ligne en passant par le site de l’URSSAF et avoir ensuite une immatriculation pour son activité. Si on est dépanneur informatique, l’entrepreneur devra s’enregistrer au RM, Répertoire des métiers et au RCS (Registre du commerce et des sociétés) s’il est vendeur.

Une fois l’enregistrement effectué conformément au statut d’autoentrepreneur, il faudra souscrire à des assurances. Il s’agit ici de la responsabilité civile professionnelle, la protection juridique et l’assurance automobile. Bien entendu, il n’est pas obligatoire d’y souscrire, mais ces assurances se révéleront utiles en cas d’imprévu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'entrepreneuriat