25 juin 2022

Comment devenir autoentrepreneur et retraité ?

Lorsqu’arrive le moment de la retraite, on voit ses habitudes bouleversées avec la fin d’une routine et également une baisse de ses revenus. Cela pousse la plupart des gens à baisser leur niveau de vie ou à chercher de nouvelles sources de revenus. Parmi celles-ci, il y a l’autoentrepreneuriat qui est véritablement très en vogue.

Certes, réussir dans l’entrepreneuriat peut se révéler être un véritable défi, mais cela vaut largement la peine, surtout en raison des bénéfices à en tirer. Comment donc devenir autoentrepreneur quand on est à la retraite ?

Quels sont les avantages de devenir autoentrepreneur et retraité ?

Être autoentrepreneur retraité signifie simplement que l’on crée une entreprise alors qu’on est passé à la retraite dans son emploi. Il est vrai que l’autoentrepreneuriat a été caricaturé comme étant pour les jeunes, mais les seniors ont de grands atouts.

En effet, le retraité dispose d’une chose véritablement irremplaçable qui s’appelle l’expérience, qui l’aidera à éviter beaucoup d’erreurs de débutants. Il aura ainsi acquis de grandes connaissances dans un domaine donné, ainsi qu’une expertise dont il aura sûrement besoin dans son activité.

Un autre avantage est que le retraité aura un excellent carnet d’adresses qu’il se sera bâti tout au long de sa vie. De ce fait, il sera grandement favorisé lors du lancement de sa nouvelle activité et pourra bénéficier d’un certain soutien. Il pourra aussi avoir le contact de personnes clé nécessaires à un certain moment dans le projet.

La liberté temporelle constitue un autre avantage lié au fait d’être autoentrepreneur retraité, vu qu’on a du temps à se consacrer. En effet, on aura le loisir de choisir ses horaires de travail sur son activité professionnelle, puisqu’on n’est plus contraint par un patron.

Peut-on continuer à recevoir sa pension de retraite en étant autoentrepreneur ?

Oui, on peut tout à fait recevoir sa pension tout en étant autoentrepreneur, l’essentiel étant de réunir certaines conditions :

  • Tout d’abord, il faut avoir atteint l’âge légal de la retraite qui varie entre 60 et 62 ans.
  • Ensuite, on doit remplir les conditions qui feront bénéficier du taux plein, ces conditions varient par rapport à l’âge notamment.
  • Pour finir, il faut liquider toutes les retraites personnelles auxquelles on a droit, que ce soit en France ou dans un pays étranger.

En réunissant ces conditions, on bénéficie intégralement des revenus générés par l’activité mise en place. Cependant, il y a possibilité que toutes les conditions ne soient pas réunies. Dans ce cas, on bénéficie de sa pension et de ses revenus, dans une certaine limite, plafonnée selon certaines conditions.

  • Si on est salarié : dans ce cas, il y a deux montants à prendre en compte. Le premier est 160 % du SMIC et le second est le dernier salaire reçu avant la liquidation. On doit éviter de dépasser le plus élevé des deux montants. Toutefois, il faut que l’activité exercée ne soit pas chez l’ancien employeur ou il faut attendre un certain délai. Ce délai est de 6 mois après la mise en action de la pension.
  • Lorsqu’on fait du commerce ou de l’artisanat : si l’activité est exercée dans une zone sensible, le plafond s’élève à 39 732 euros. Ces zones sont les zones de revitalisation rurale (ZRR) et urbaine sensible. Sinon, le plafond de revenus sera à hauteur de la moitié du plafond annuel de sécurité sociale.
  • Pour une profession libérale : pour les activités littéraires ou artistiques, il n’y a aucun plafond. Sans quoi, on est plafonné à la moitié du plafond annuel de sécurité sociale.

Les retraités bénéficiant d’une pension pour handicapés sont également autorisés à avoir le statut d’autoentrepreneur en créant une autoentreprise. Seulement, leurs revenus doivent être nettement inférieurs à leur pension, allant jusqu’à trois fois moins que celle-ci.

Les formalités pour être autoentrepreneur lorsque l’on est retraité

Pour devenir autoentrepreneur alors qu’on est à la retraite, la procédure est comparable aux formalités que devra accomplir un salarié. En effet, on devra simplement déclarer sa société individuelle au Centre de Formalité des Entreprises correspond  au domaine d’activité.

Selon les services offerts, on s’inscrira à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) ou à la Chambre de métiers et de l’artisanat. Ensuite, il faudra transmettre à sa caisse de retraite une attestation qui confirme une cessation d’activité. On y ajoutera également une demande de cumul emploi-retraite à titre dérogatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'entrepreneuriat